Prix : 17,50 €

Ajouter

SINGIER Jean-Marc

Rouages d'oeillades, voire...

  • Discipline / Instrument : 7 instruments
  • Nomenclature : flA / clB / perc / hp / guit / vla / cb
  • Durée : 8'
  • Genre : contemporain
  • Média : Partition
  • Nombre de pages : 26
  • Format : A4
  • Editeur : Lemoine
  • Réf. : 27579
  • Date de parution : 01/01/1997
  • ISBN / ISMN : 9790230975797
/assets/mp3/27579.mp3

Création

15/04/1985 - Utrecht - Nieuw Ensemble Amsterdam, Ed Spanjaard (direction)

Notice

A l'origine de la composition de Rouages d'oeiIades, voire... il y a, d'abord, une rencontre avec Joël Bons (compositeur et, à l'époque, guitariste d'un ensemble hollandais) à l'académie Chigiana de Sienne où nous étions, tous deux, venus étudier la composition sous la férule de Franco Donatoni ; et puis, très vite, un projet avec cet ensemble hollandais - le Nieuw Ensemble d'Amsterdam, qui venait de se constituer sous la houlette de Théo Lowendie et qui s'adressait à des compositeurs afin de développer un répertoire à la mesure de son instrumentation spécifique (flûte, clarinette, percussion, harpe, guitare, mandoline, alto, contrebasse).
La couleur très particulière de cet effectif instrumental (où les cordes pincées prédominent) m'a beaucoup stimulé à l'époque. En effet, j'avais une formation de guitariste et n'avais quasiment pas écrit pour cet instrument... c'était une occasion de réfléchir sur sa capacité à générer de nouvelles couleurs, sur l'ambiguïté de son répertoire constitué, grosso modo, de musiques "folkloriques" (espagnoles et sud-Américaines, pour la plupart), d'oeuvres relevant d' un certain académisme classique et de pièces dont le caractère s'apparente au Jazz... d'où l'idée de ce solo de guitare, au centre de la pièce, accompagné par un contrebassiste jouant "pizzicato" et par un percussionniste jouant sur des cymbales avec des balais (pour évoquer le Jazz) mais aussi faisant sonner des castagnettes sur une cellule rythmique typiquement "hispanisante" (pour rappeler les racines de cet instrument).
Quant à l'idée formelle qui sous-tendait l'essentiel de la pièce, je dirais qu'elle reposait sur un module qui était censé régir l'oeuvre en cours ; et ce qui m'intéressait, avant tout, était de le rendre reconnaissable périodiquement... d'où la notion d'oeillades à laquelle le titre renvoie. Je voulais aussi que ce module agisse à la manière d'une balise, auditivement identifiable, et qu'il ne soit pas uniquement un principe de construction abstrait sans lien avec la perception (principe dont j'apercevais, bien souvent, les "méfaits" dans les concerts auxquels j'assistais à I'époque). Enfin, j'essayais d'atténuer le caractere un peu pontifiant de ce type de réflexion en composant un discours musical à partir d'emboîtements de timbres riches en contrastes et insérés dans une périodicité rythmique assez simple ; l'effet produit - je l'espérais - serait plus proche de l'humour que d'un manifeste esthétique ou d'une démonstration pédagogique.

Jean-Marc Singier


SINGIER Jean-Marc

Biographie

Né en 1954 à Paris, Jean-Marc Singier suit les séminaires de György Ligeti, Aurel Stroe et Brian Ferneyhough. Boursier de l'Etat italien, il obtient son prix de composition à l'Académie Sainte Cécile de Rome dans la classe de Franco Donatoni. [...]

Concerts

Œuvres Récentes