Valéry Arzoumanov

Biographie

Valéry Arzoumanov nait en 1944 à Kotchmes (République des Komis, URSS), où ses parents sont déportés en 1936 comme "ennemis du peuple". Il vit à Vorkouta de 1945 à 1958.
De 1958 à 1963, il étudie le violon et la composition à l'Ecole spéciale de musique du Conservatoire de Leningrad. Dans ce dernier, il termine la faculté de composition en 1968, et l'aspirantura en 1971. Dès 1968, il enseigne la composition à l'Ecole spéciale de musique et l'orchestration au Conservatoire de Leningrad.
En 1974, ayant épousé une Française, Valéry Arzoumanov est contraint d'émigrer en France. De 1974 à 1978, il étudie la composition avec Olivier Messiaen, au CNSM de Paris. En 1976, il s'installe avec sa famille à Eu. Professeur d'analyse et de déchiffrage au CNR de Rouen jusqu'en 2008, il est aujourd'hui à la retraite.
Valéry Arzoumanov est l'auteur de nombreuses oeuvres (plus de 250 titres) dans des genres très différents allant de l'opéra à la musique de cinéma. Ces dernières années, il accorde une place particulière à la musique de chambre et aux musiques pour piano, violon, violoncelle, voix, choeur.
Le style musical de Valéry Arzoumanov s'est formé sous les influences les plus diverses. On y retrouve la musique classique russe de Glinka à Chostakovitch, la musique allemande de Bach à Alban Berg, la musique française de Berlioz à Messiaen, la musique de l'Eglise russe orthodoxe, le folklore russe, la chanson soviétique et les cultures musicales orientales, surtout indiennes.
Les oeuvres de Valéry Arzoumanov sont jouées en Russie, dans la plupart des pays d'Europe, aux Etats-Unis et au Japon, par des solistes et des orchestres réputés.

Portrait

Valéry Arzoumanov a construit, en marge des grands courants de la seconde moitié du 20ème siècle, une oeuvre puissante et originale, dans l'héritage de Moussorgsky et de Chostakovitch, l'influence de Messiaen et des musiques traditionnelles de l'Inde. Sa musique, souvent intense, dramatique, portée par une poésie intense et lyrique, est habitée par le souvenir de ses années d'enfance et l'ombre de la terreur stalinienne. Profondément imaginative, nourrie par la nostalgie de la Russie, elle parcourt la multitude des émotions humaines, et témoigne d'une âme profonde.

Anthony Girard