Prix : 86,00 €

Ajouter

LEVINAS Michaël

La Métamorphose

  • Discipline / Instrument : Soli, choeur et ensemble
  • Nomenclature : 1.0.0.0 / 1.1.1.0 / 2perc / hp / guit / cel / 2clav(+pno) / 1.1.1.2 + electr.
  • Durée : 67'
  • Genre : contemporain
  • Média : Partition
  • Nombre de pages : 178
  • Format : A3
  • Editeur : Lemoine
  • Réf. : 28913
  • Date de parution : 10/12/2010
  • ISBN / ISMN : 9790230989138
/assets/mp3/28913.mp3

Création

07/03/2011 - Lille, Opéra - Fabrice Di Falco (Grégor, cT), Magali Léger (la Soeur de Grégor, S), André Heyboer (le Père, Bar), Anne Mason (la Mère, cA), Simon Bailey (l'Employeur, B) Julie Pasturaud (la Bonne, Mz), Stanislas Nordey (Mise en scène), Emmanuel Clolus (décors), Raoul Fernandez (costumes), Stéphanie Daniel (lumières), Christophe Manien (chef de chant), Benoit Meudic (Ircam), Ensemble Ictus, Georges-Elie Octors (dir.)

Commanditaire

Opéra de Lille et Ministère de la Culture et de la Communication

Notice

Précédé de Je, tu, il, prologue à La Métamorphose sur un texte de Valère Novarina.
Au sortir d'un rêve agité, Grégor Samsa s'éveille pour vivre un véritable cauchemar, celui de sa transformation en énorme cancrelat. Tout le monde connaît cette nouvelle de Kafka - elle appartient désormais à nos mythologies contemporaines. L'idée d'en faire un opéra est tellement excitante qu'on en serait presque à se demander pourquoi une telle adaptation n'a encore jamais été tentée. Peut-être parce que la perspective donne le vertige et que l'histoire elle-même semble veiller à sa propre irreprésentabilité ?
Il aura fallu attendre près d'un siècle pour que le texte se métamorphose en opéra grâce à Michaël Levinas et à l'équipe artistique qu'il a réunie. Avec Valère Novarina et Emmanuel Moses, le compositeur opère un travail sur la langue pour révéler sa vocalité lyrique. Le chant du "sopraniste" Fabrice Di Falco et des autres interprètes est ensuite traité par des techniques d'hybridation informatiques [réalisées à l'Ircam, NDLR].
Toujours en quête "d'une suggestion d'ébranlement dramatique dans la vibration du son" comme s'il y avait un "au-delà du son dans le son", la musique de Levinas s'ouvre au fantastique. Ce sentiment de l'extraordinaire sera rendu palpable par les instrumentistes d'Ictus, imbattables quand il s'agit de faire advenir des univers inouïs. L'adaptation scénique est confiée à Stanislas Nordey, homme de théâtre insatiable découvreur de textes contemporains. Il s'est également distingué à l'occasion de nombreuses collaborations avec les plus grands compositeurs de notre temps, parmi lesquels Michaël Levinas. C'est en effet lui qui a mis en scène son précédent opéra composé à partir des Nègres de Jean Genet.

www.opera-lille.fr


Du lyrique dans la musique de Michaël Levinas
ou le spectre sur la scène

"L'instant du réveil est le moment risqué entre tous : c'est celui où l'on franchit la frontière. Qui devient-on la nuit ? Que s'est-il passé dans le sommeil de Gregor pour qu'il en sorte ainsi changé en monstre ?
Le réveil, c'est toujours l'entrée dans un monde enchanté."

Yannick Haenel (1)

Le monde enchanté de Michaël Levinas est celui de ce moment risqué où peut naître un drame et, c'est là la partie visible de l'enchantement, des personnages chantent, vivent et meurent. Nous sommes à l'opéra.
Comment le compositeur parvient-il aujourd'hui à relever en musique le défi de la scène ? Quels moyens musicaux convoque-t-il ? Quel monde harmonique et lyrique bâtit-il ? Car pour sonner à ce point juste sur les planches, il faut que le style lyrique du créateur vienne de bien loin, de profond, non pas d'une circonstance, mais de ce qu'il est musicalement, depuis longtemps, de ce qu'il poursuit assidûment dans son oeuvre.
En 2011, avec La Métamorphose, son troisième ouvrage lyrique, Michaël Levinas a montré une nouvelle fois la maîtrise qu'il avait des données de l'opéra : l'opéra comme théâtre, l'opéra comme lieu où l'est ému par le chant, l'opéra comme institution où la création a sa place.

Quand les spectateurs découvrent à l'opéra le personnage de Gregor imaginé par Michaël Levinas, ils ont déjà entendu un prologue. Intitulé Je, tu, il et composé sur un texte somptueux de Valère Novarina, ce prologue se trouve, dans le temps du récit, en lieu et place de la nuit, d'un rêve sans doute, avant le réveil de Gregor. Les spectateurs assistent à une allégorie des énonciations (les pronoms personnels chantent : "je", "tu" et "il" deviennent un instant des personnages), enlevée, très vive, baroque. Le compositeur (celui qui choisit la succession dans le temps des événements du récit lyrique - Michaël Levinas a largement adapté la nouvelle de Kafka) confie à trois sopranos ce prologue. Ainsi le récit de La Métamorphose débute-t-il par autre chose que lui-même, un autre lyrique qui n'est pas le récit, qui n'est pas même un récit, mais qui prépare à l'écoute de la Passion de Gregor qui suit - l'infra-récit est la préfiguration de l'infra-homonidée kafkaïenne mourante que montrera La Métamorphose - avec toute la résonance de ce parti-pris dramaturgique dans l'histoire politique de l'humanité. Ce geste est théâtral autant que musical. Il est très caractéristique de la sensibilité du compositeur pour ce qui, dans la musique, induit le lyrisme, le lyrisme étant entendu ici comme la mise en oeuvre de "toutes les puissances que recèle le verbe soumis au rythme et à la mélodie" (2). En un mot, la dimension théâtrale de l'opéra n'est pas reniée par Michaël Levinas - au contraire : elle est exaltée.
Toutes les puissances que recèle le verbe aident le compositeur dans son projet lyrique. Si le chant naît du verbe chez Michaël Levinas, il faut considérer que les parties instrumentales aussi naissent du verbe. Aux parties instrumentales s'ajoutent les parties électroniques qui, dans La Métamorphose autant que dans Les Nègres, opéra de 2003 d'après la pièce éponyme de Jean Genêt, donnent au son ce statut irréel, magique nécessaire à tout lyrisme. Elles aussi sont pensées, écrites, composées comme un prolongement des données du langage. Dans La Métamorphose, la polyphonie vient essentiellement de la voix démultipliée de Gregor et cette démultiplication est autant instrumentale qu'électronique. Le chant - émouvant ô combien - de Gregor est un choral, sa voix est intermédiaire, ni la sienne seule, ni une pluralité identifiable. La voix de Gregor participe d'une singularité inaudible - un monstrueux bien au-delà de l'hybride - pour son entourage qui le conduit à mourir (par décence ? par abandon de ses proches ?). Il y eut dans Les Nègres "un langage tambouriné tissant des liens entre les phonèmes de la langue et la percussion" (3) et dans cette veine, récemment, Le Poème battu - il y eut en 2008 les réussites madrigalistes de Le "O" du haut et des Trois chansons pour la Loterie Pierrot et Jean Lagresle sur un texte de Valère Novarina - il y eut enfin, pour La Métamorphose, l'acmé (provisoire - telle est l'activité de création) de l'analyse et de la synthèse sonore par ordinateur de la voix parlée et chantée (4).
Comment faire des mots eux-mêmes un chant, un drame, un opéra enfin ? C'est là tout l'enjeu de la poïétique de Michaël Levinas. Le poïen grec, c'est la réponse à la question du faire. Dès Go-Gol (1996) (5) -le titre, Go-Gol est déjà un jeu de décomposition / recomposition du nom de l'écrivain dont est tiré le livret, le compositeur fait du mot le ressort de sa dramaturgie musicale. Il est entré depuis dans le son du mot lui-même et applique au champ de la linguistique une démarche spectrale (6). Ainsi naît son matériau lyrique. Décortiquant les données des hauteurs, des syllabes, phonèmes et morphèmes, Michaël Levinas - avec l'aide d'un outil informatique de plus en plus puissant - en tire des tournoiements, des arabesques, des lignes qui entent une composition destinée à la scène. L'opéra est bien là un lieu de création. La pointe de ce qui constitue la création musicale - à la fois l'oeuvre d'un compositeur qui est la recherche d'une vie et les outils qu'il utilise en les faisant évoluer - est non seulement viable, mais éminemment émouvante à la scène : la palette que s'est constituée le musicien induit bel et bien cette vibration des affects que tout un chacun veut à l'opéra, toutes époques confondues.

"(...) c'est à l'opéra que, paradoxalement, tend je dirais toute oeuvre instrumentale." déclarait en 1982 le compositeur (7). En effet, l'oeuvre de Michaël Levinas offre de lire les étapes de cette conception et des recherches qu'elle appelle. Ancrée dans le langage, toute adonnée au théâtre, la lyre de Michaël Levinas allie l'exigence créatrice à la séduction parfois vénéneuse d'une émotion dramatisée avec art. Pour l'heure, le compositeur a fait de la syllabe son mystère. Du mystère naît le drame et, sur scène, d'une dramaturgie naît un mystère par lequel le compositeur nous impose son temps, non pas le temps d'un drame, mais le temps intérieur résonant - pour notre plus grand plaisir.

Benoît Walther, novembre 2011


(1) Interview "Yannick Haenel, pourquoi aimez-vous La Métamorphose ?", parue dans Kafka, La Métamorphose (page II), traduction et présentation par Bernard Lortholary, Garnier Flammarion, Paris, 2010, 103 pages.
(2) Pierre Grimal, Le Lyrisme à Rome, Introduction (p.15), Presses Universitaires de France, Paris, 1978, 304 pages.
(3) Notice de Michaël Levinas pour l'opéra Les Nègres, mai 2002.
(4) Les parties électroniques de Les Nègres et de La Métamorphose ont été réalisées à l'Ircam.
(5) Le compositeur parle alors de "traitement animal" de la langue française (Autour de Go-Gol : forme, récit, textualité dans l'opéra contemporain, entretien avec Evelyne Andreani, in : cf note 7).
(6) Est spectrale une musique fondée sur l'analyse du spectre du son : découle de cette analyse l'organisation des paramètres musicaux et, in fine, de toute la composition elle-même. Aujourd'hui, les sons analysés peuvent atteindre des degrés de complexité très grands : par exemple, dans le cas de Michaël Levinas, la pénétration du détail d'une énonciation chantée autant que parlée.
(7) Michaël Levinas, "Qu'est-ce que l'instrumental ?", texte prononcé à Darmstadt en juillet 1982, in Le Compositeur trouvère, Ecrits et entretiens (1982-2002), textes réunis et annotés par Pierre-Albert Castanet et Danielle Cohen-Levinas (p.33), L'Harmattan, Paris, 2002, 428 pages.

Enregistrement

1 CD aeon (AECD 1220)
Michaël Levinas, La Métamorphose
Fabrice di Falco, Magali Léger, André Heyboer, Anne Mason, Simon Bailey,
Julie Pasturaud, Laurent Laberdesque et Arnaud Guillou
Ensemble Ictus, Georges-Elie Octors (direction)

Presse

L'animal est l'avenir de l'homme
La Métamorphose, l'opéra de Michaël Levinas créé en 2011 d'après Kafka, est au programme du festival Manifeste de l'Ircam et revient... métamorphosée.

Après l'avoir créé en 2011 à l'Opéra de Lille dans une mise en scène de Stanislas Nordey, Michaël Levinas remet sur le métier son opéra La Métamorphose.
En peinture, on parlerait d'un repentir de l'œuvre ; au théâtre, on pointera la mise en abyme du thème de la nouvelle de Kafka et la transformation d'un livret auquel vient s'ajouter un prologue, Je, tu, il de Valère Novarina, qui développe l'idée d'une métamorphose à rebours en se basant sur les travaux de Darwin ; on ne vient pas de l'animal, mais on y va.
Autres métamorphoses : Michaël Levinas confie la direction musicale au Balcon, un orchestre à géométrie variable qui fait appel aux techniques de sonorisation, et au metteur en scène colombien Nieto, également artiste plasticien et réalisateur, qui collabore régulièrement avec Le Balcon.
Pendant les répétitions avec les chanteurs dans les profondeurs de l'Ircam, c'est le langage lui-même qui se métamorphose dans un registre musical qui sonne comme une langue étrangère. Travaillant un duo entre Gregor Samsa [Rodrigo Ferreira] et sa sœur [Elise Chauvin], Levinas indique à l'actrice : "J'aimerais que tu soutiennes le chant polyphoniquement par le do diése. Il faut que les voyelles soient claires parce que le mouvement tournant de la sœur les mécanise. Et si je peux avoir un léger crescendo dans le glissé, comme un effet Doppler, en y introduisant une coupure, ça donnera plus de force au dialogue entre le frère et la sœur. Ce duo est encore en train de se composer, mais bon, déjà, les notes sont exactes... "
Traduite visuellement par le metteur en scène Nieto, la métamorphose de Gregor Samsa nous plonge dans la vision d'un insecte qui sort de sa chrysalide. Des masques aux costumes de tous les personnages, sa mise en scène est aux antipodes du naturalisme et privilégie "l'hyperréalisme, cette réalité qu'on ne touche que dans les rêves. On voit à travers le regard que porte Gregor sur sa famille, totalement déstructurée et déstabilisée". Une métaphore, en somme, de l'arrachement que constitue le passage de l'enfance à l'âge adulte.

Fabienne Arvers
Les inrockuptibles du 10.06.2015


LEVINAS Michaël

Biographie

Reconnu internationalement dans les domaines de la création et l'interprétation, le double profil de pianiste et de compositeur, confère à Michaël Levinas une singularité très remarquée au sein de la vie musicale française et internationale.
Parisien de naissance, Michaël Levinas a reçu l'enseignement très classique et exigeant du CNSM [...]

Concerts

    • 26.08.2018
    • Appels
    • La Chaise Dieu (France)
    • Festival, Auditorium Cziffra
    • Ensemble Orchestral Contemporain, Daniel Kawka (dir.)
    • 29.06.2018
    • Etude sur un piano espace
    • Paris (France)
    • Festival ManiFeste, Centre Georges-Pompidou, Grande Salle
    • Ensemble Links, Benjamin Lévy, Augustin Muller (Ircam)

Œuvres Récentes