Pour information

WYSCHNEGRADSKY Ivan

Pianos quart de ton (Shiiin)

  • Discipline / Instrument : violoncelle, ondes Martenot et piano
  • Durée : 75'25
  • Genre : contemporain
  • Média : CD
  • Editeur : Autre
  • Réf. : SHI10
  • Date de parution : 13/03/2018
  • ISBN / ISMN : 3760180730124

Notice

Cécile Lartigau (ondes Martenot)
Noé Natorp (violoncelle)
Matthieu Acar, Hiroko Arimoto, Jean-François Ballèvre, Dominique Ciot, Cyrille Guion, Martine Joste, Manon Lonchamp, Emiri Wada, Li Xie, Guanlan Xu, Yoko Yamada (pianos)
Léo Margue (direction)

Presse

A l'inverse d'Aloïs Haba imaginant avec August Forster le premier piano à quarts de tons, les compositeurs réunis dans cet album obtiennent ce même rapport de micro-intervalle en utilisant plusieurs instruments, ce qui spatialise davantage le son. Dans De l'ange d'Alain Moëne (né en 1942) la coordination des deux pianistes est parfaite et crée une illusion de circulation du son d'un piano à l'autre. Si l'écriture est pointilliste, les phrases restent parfaitement conduites sur le plan dynamique et énergétique, en vertu d'une excellente gestion du poids et de la pédale, ce qui permet l'émergence de battements et de sons inharmoniques. Ces phénomènes de révélation progressive sont également présents dans une interprétation de Racines pour quatre pianos d'Alain Banquart (né en 1934) où la nervosité domine. Dans le Fragment symphonique d'lvan Wyschnegradsky (1893-1979), les ondes Martenot s'insèrent à merveille dans la résonance des pianos et y ajoutent de la distorsion avant que ce rapport causal ne s'inverse. Le jeu perlé et parfaitement timbré des pianistes s'unit à la spatialisation pour créer des effets cinétiques quasi-visuels. Si l'interprétation d'Ainsi parlait Zarathoustra apparaît légèrement crispée, celle, plus lyrique, de la Méditation, met en lumière une utilisation plus mélodique des quarts de tons, exclusivement contenus dans la partie de violoncelle. Plus romantiques, voire populaires, ces deux dernières pièces montrent bien l'étendue des possibilités offertes par l'écriture microtonale.

Romane Lecomte
Classica n°203 (juin 2018)


Sa carrière durant, Martine Joste aura défendu la musique pour piano en quart de ton d'Ivan Wyschnegradsky, qu'elle continue de jouer et de mettre en avant. Le compositeur français d'origine russe s'exile en France dès 1920. On connaît l'instrument à quarts de ton et trois claviers qu'il s'était fait construire, mais qui n'a jamais convaincu les interprètes, ces derniers préférant la solution des deux (voire quatre) pianos accordés à distance de quart de ton, tels qu'ils sont entendus dans cet enregistrement. Cécile Lartigau est aux ondes Martenot (également accordées en quarts de ton) aux côtés des quatre pianos sollicités (2 fois 2 pianos accordés à distance de quart de ton) dans le 4ᵉ Fragment symphonique Op. 38c (1956) du maître français, certainement l'une de ses œuvres les plus innovantes : il suffit d'écouter la polyphonie flottante des quatre pianos que traverse le son tenu des ondes au tout début de l'oeuvre. L'écriture y est très mouvante, balayant les registres et cherchant les seuils, aigu et grave, des quatre claviers. Les ondes sont ici l'instrument du continuum sonore et donnent à entendre des glissandi lumineux, tandis que les pianos en clusters visent une certaine plénitude sonore.
La deuxième pièce, Ainsi parlait Zarathoustra Op.17 (1930/1936), est une sorte de poème pour quatre pianos en quarts de ton. De conception plus académique, elle est en quatre mouvements avec un scherzo presque chostakovien, conçu dans la densité des 24 quarts de ton. Le travail sur la résonance et les interférences sonores dans le mouvement lent instaurent un espace plus original et prospectif. Enfin, dans les Méditations sur deux thèmes de La Journée de l'Existence Op.7 (1918, révisé en 1976) encore sous l'influence de Scriabine, c'est le violoncelle - superbe Noé Natorp - qui parcourt le champ ultra-chromatique aux côtés d'un piano en demi-ton très effusif - chaleureuse Martine Joste. [...]

Michèle Tosi
www.resmusica.com

Contenu

MOENE Alain : De l'ange - BANCQUART Alain : Racines - WYSCHNEGRADSKY Ivan : 4e fragment symphonique Op.38c - WYSCHNEGRADSKY Ivan : Ainsi parlait Zarathoustra Op.17 - WYSCHNEGRADSKY Ivan : Méditation sur deux thèmes de la Journée de l'Existence Op.7