Prix : 31,40 €

Ajouter

LEVINAS Michaël

La Conférence des oiseaux

  • Discipline / Instrument : Soprano-comédienne, récitant et ensemble instrumental
  • Nomenclature : fl / sax / cor / pno / org élect / 2perc / cb / bande magnétique
  • Durée : 55'
  • Genre : contemporain
  • Média : Partition
  • Nombre de pages : 42
  • Format : A3
  • Editeur : Lemoine
  • Réf. : 27187
  • Date de parution : 01/01/1985
  • ISBN / ISMN : 9790230971874

Création

11/05/1985 - Grande Halle de la Villette, Paris - L'Itinéraire - Yves Prin (direction)

Notice

Enregistrement

1 CD Accord, 465 606-2
La Conférence des Oiseaux
Ensemble L'Itinéraire, M. Swierczewski, M. Lonsdale, M. Viard, D. Berlioux

Presse

Quelle oeuvre étonnante ! Elle ne dure que cinquante-cinq minutes, si denses qu'elles donnent à cogiter bien au-delà du spectacle. A partir de lambeaux de textes issus d'un conte persan, le compositeur Michaël Levinas, né en 1949, déploie tout un petit drame philosophique et poétique. Figure féminine radicale, la huppe incite les oiseaux à s'envoler, au péril de leur vie, pour trouver le Simorgh, volatile mythique, et le prendre pour roi. Mais qu'est réellement le Simorgh ?
Première pièce lyrique de Michaël Levinas, ce drôle d'objet parlé-chanté-joué-récité a été créé en 1985 à la Biennale de Paris. Dirigé par Pierre Roullier, l'Ensemble 2e2m le reprend sans rien y changer, si l'on excepte la modernisation du dispositif électronique, et la mise en scène inédite (et très sobre) de Lilo Baur. Donné en avant-première au Centre Olivier-Messiaen de Champigny-sur-Marne, où 2e2m est en résidence de création, il est passé par Lyon et sa Biennale Musiques en scène, avant d'arriver début avril au Théâtre de l'Athénée. Autour de la soprano Raquel Camarinha, huppe charismatique et inquiétante, toute la troupe s'ingénie à faire vivre les oiseaux, avec de petits gestes d'une grande justesse, des costumes transformistes, et de fascinants alliages de timbres instrumentaux.

Sophie Bourdais
Télérama n°3559


A l'Athénée, une fable ornithologique de Michaël Levinas
La partition conçue en 1985 par Michaël Levinas (alors âgé de 36 ans) a dû, elle aussi, posséder cette vertu pour réapparaître aujourd'hui dans toute sa splendeur électronique alors que la technologie d'antan n'est plus exploitable. Toutefois, si l'opération réalisée dans les studios lyonnais du Grame (numérisation des bandes magnétiques) a déterminé la base de la métamorphose, elle n'en constitue pas la réincarnation la plus impressionnante de l'œuvre sur la scène de l'Athénée. La conférence des oiseaux doit, en effet, autant se voir que s'entendre. Michaël Levinas y a intimement associé mots, gestes et sons. Trois interprètes se partagent la projection du texte. Une soprano (pour le rôle central de la huppe et de quelques contributions périphériques, telles que celles de la perruche), un comédien (qui, du paon au hibou, prête sa voix et son corps à une demi-douzaine d'oiseaux) et un récitant (qui introduit et commente les principales étapes de l'action). Toute une palette de la voix chantée et parlée mise au service d'un genre... qui reste à définir.

Ni opéra, ni théâtre musical, pas davantage oratorio ou cantate profanes, La conférence des oiseaux est le premier opus d'un art lyrique que le compositeur a abordé à plusieurs reprises par la suite, mais jamais de cette façon, à la fois ouverte (multiplicité des sources) et fusionnelle (homogénéité de l'expression). Michaël Levinas a beau avoir été élève d'Olivier Messiaen, La conférence des oiseaux ne semble rien devoir au compositeur-ornithologue. La puissance immémoriale de ses appels d'air (fascinantes envolées où se mêlent sons d'oiseaux, instruments et électronique) témoigne, en revanche, d'un souffle proche de celui de Giacinto Scelsi. Quant à la dimension rêvée et quasi mystique de l'œuvre, elle n'évoque que le génial Stockhausen.
Sobre mais efficace, la mise en scène de Lilo Baur rapproche comme il se doit tous les acteurs de cette fable haute en couleur. La Huppe (formidable Raquel Camarinha), les Oiseaux (savoureux Lucas Hérault) et le Narrateur (pénétrant Hervé Pierre) voisinent donc avec les huit musiciens de l'ensemble 2e2m qui délaissent régulièrement leurs instruments pour des pantomimes d'une vérité telle (saccades du cou et des déplacements) que le plateau de l'Athénée ressemble à une basse-cour tandis que leur chef, Pierre Roullier, veille à ce que ramage et plumage soient aussi élevés que l'œuvre qu'il a personnellement contribué à tirer de l'oubli.

Pierre Gervasoni
Le Monde le 8 avril 2018


Spectacle musical conçu et mis en musique par Michaël Levinas d'après un conte persan de Farid Al-Din Attar, mise en scène de Lilo Baur, direction musicale de Pierre Roullier, avec Raquel Camarinha, Lucas Hérault, Hervé Pierre, et les musiciens de l' Ensemble 2e2m.
Rarement autant de talents n'auront été réunis que pour cette "Conférence des oiseaux".
A l'origine, ce texte est un récit du poète perse Attar, un texte empreint de mysticisme, dans lequel les oiseaux réunis en assemblée décident d'aller à la rechercher de leur roi, le "Simorgh", celui qui fera l'unité entre toutes les innombrables espèces plutôt habituées à se quereller.
Aux termes de leur quête, pleine d'aventures et de péripéties, ils s'apercevront que ce qu'ils appelaient le "Simorgh" n'était autre que l'entité qu'ils constituaient tous unis dans cette recherche.
Très prisé par Jorge Luis Borges, ce conte a aussi influencé Peter Brook qui en a fait un spectacle avec son fidèle adaptateur Jean-Claude Carrière. C'est à partir du texte de ce dernier, que Michaël Levinas, à son tour, a conçu le livret et la musique de "La Conférence des oiseaux", au départ pièce radiophonique diffusée sur France Musique.
Encore une fois, c'est ainsi un phénomène analogue au "Simorgh" où s'agrègent auteurs, acteurs et musiciens aux talents incomparables qui est à l'origine de cette version enchanteresse qui prend ici une consistance scénique.
Une soprano de grande classe, Raquel Camarinha, donne vie à la "Huppe", l'oiseau à l'origine de la fédération de tous les oiseaux. Elle fait face à un acteur (Lucas Hérault), censé jouer tous les oiseaux, alors que dans la salle le narrateur (Hervé Pierre) muni d'un "livre éclairé" entonne de sa voix chaude le récit que va ponctuer la musique de Michaël Levinas.
Entourés des musiciens de l'Ensemble 2e2m, tour à tour instrumentistes et acteurs incarnant chacun un oiseau, tous s'empressent d'animer cette belle histoire, de lui donner vie.
Subtile, légère, aérienne, la composition de Michaël Levinas accompagne cette sarabande d'oiseaux. Le mélomane comme le béotien retrouvera son âme d'enfant grâce à la mise en scène fluide et taquine de Lilo Baur qui s'amuse particulièrement à faire se déplacer les musiciens-oiseaux.
Sous la houlette musicale de Pierre Roullier, la charmante composition de Michaël Levinas semble coller parfaitement au thème imaginé par le poète persan. Quelle soit une musique dite contemporaine ne nuit en rien à sa musicalité.
C'est un spectacle qu'on qualifiera tout simplement de beau. Il apportera calme et sérénité au spectateur-auditeur. Elève de Messiaen, Levinas est comme lui rompu à l'art de faire correspondre les chants d'oiseaux et les notes de musique.
Cette "Conférence des oiseaux" est un pur moment de beauté fugace que l'on n'oubliera pas et qui s'approche, en mêlant tant de talents divers, d'un niveau de perfection que le spectacle vivant n'atteint pas souvent.

Philippe Person
Froggy's Delight


LEVINAS Michaël

Biographie

Reconnu internationalement dans les domaines de la création et l'interprétation, le double profil de pianiste et de compositeur, confère à Michaël Levinas une singularité très remarquée au sein de la vie musicale française et internationale.
Parisien de naissance, Michaël Levinas a reçu l'enseignement très classique et exigeant du CNSM [...]

Concerts

    • 26.08.2018
    • Appels
    • La Chaise Dieu (France)
    • Festival, Auditorium Cziffra
    • Ensemble Orchestral Contemporain, Daniel Kawka (dir.)
    • 29.06.2018
    • Etude sur un piano espace
    • Paris (France)
    • Festival ManiFeste, Centre Georges-Pompidou, Grande Salle
    • Ensemble Links, Benjamin Lévy, Augustin Muller (Ircam)

Œuvres Récentes